Intéressant

Des extraterrestres ont-ils envahi Washington D.C. en 1952 ?

Des extraterrestres ont-ils envahi Washington D.C. en 1952 ?



We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.


Il y a 50 ans, des objets volants non identifiés de bien au-delà de la rocade ont saisi l'imagination de la capitale

Dans la tour de contrôle de l'aéroport national de Washington, Ed Nugent a vu sept taches violet pâle sur son écran radar. Qu'étaient-t-ils? Pas des avions - du moins pas des avions qui étaient censés être là.

Il a convoqué son patron, Harry G. Barnes, le chef des contrôleurs aériens de National. "Voici une flotte de soucoupes volantes pour vous," dit Nugent en plaisantant à moitié.

À l'étage, au dernier étage vitré de la tour, le contrôleur Joe Zacko a vu un étrange blip traverser son écran radar. Ce n'était pas un oiseau. Ce n'était pas un avion. Qu'est-ce que c'était? Il regarda par la fenêtre et repéra une lumière brillante planant dans le ciel. Il se tourna vers son partenaire, Howard Cocklin, qui était assis à un mètre de lui.

"Regardez cette lumière brillante", a déclaré Zacko. "Si vous croyez aux soucoupes volantes, cela pourrait certainement en être une."

Et puis la lumière a décollé, s'éloignant à une vitesse incroyable.

"As-tu vu ça?" Cocklin se souvient avoir dit. « Qu'est-ce que c'était que ça ?

C'était le samedi soir 19 juillet 1952 -- il y a 50 ans ce week-end -- l'une des dates les plus célèbres de l'histoire bizarre des ovnis. Avant la fin de la nuit, un pilote a signalé avoir vu des objets inexpliqués, le radar de deux bases locales de l'Air Force -- Andrews et Bolling -- a détecté les OVNIS, et deux jets de l'Air Force F-94 ont filé au-dessus de Washington, à la recherche de soucoupes volantes.

Puis, une semaine plus tard, tout s'est reproduit - plus d'OVNI sur l'écran radar, plus d'avions ont survolé Washington. À travers l'Amérique, l'histoire d'avions pourchassant des ovnis au-dessus de la Maison Blanche a fait tomber la guerre de Corée et la campagne présidentielle des premières pages des journaux.

« « Saucer » Outran Jet, Pilot Reveals », lit-on dans le titre du Washington Post.

"JETS CHASE D.C. SKY GHOSTS", a crié le New York Daily News.

« ENCORE LES WHATZITS AÉRIENS BUZZ D.C. ! » a crié le Washington Daily News.

Alors que les rumeurs se répandaient, le président Truman a exigé de savoir ce qui survolait sa maison. Bientôt, le gouvernement fédéral combattit les ovnis avec les armes les plus puissantes de l'arsenal de Washington - la bureaucratie, l'obscurcissement et le charabia.

Cela a semblé fonctionner. Les ovnis ne sont jamais revenus.

Du moins, pas à notre connaissance.

D'une certaine manière, tout cet étrange épisode a commencé avec Marilyn Monroe.

L'actrice est apparue sur la couverture du numéro du 7 avril 1952 du magazine Life, l'air sensuelle dans une robe diaphane et décolletée, ses paupières tombantes de manière séduisante. C'était le genre de couverture qui attire l'attention. Et juste au-dessus de l'épaule gauche de Monroe, il y avait une ligne de couverture vantant une histoire différente : "Il y a un cas pour les soucoupes interplanétaires."

L'article était intitulé « Avons-nous des visiteurs de l'espace extra-atmosphérique ? Il a passé en revue 10 observations récentes d'OVNI et a conclu qu'elles ne pouvaient pas être considérées comme des hallucinations, des canulars ou des avions terrestres. Un officier du renseignement anonyme de l'Air Force a été cité disant : « Plus vous montez dans l'Air Force, plus ils prennent les soucoupes volantes au sérieux.

L'histoire s'est terminée par une série de questions qui ressemblent à quelque chose que Rod Serling pourrait entonner à la fin d'un épisode de "Twilight Zone":

"Qui, ou quoi, est à bord ? D'où viennent-ils ? Pourquoi sont-ils ici ? Quelles sont les intentions des êtres qui les contrôlent ?"

Ce n'était pas le premier compte rendu médiatique d'ovnis -- il y avait eu beaucoup de publicité depuis plusieurs observations bien connues en 1947, dont une à Roswell, NM -- mais l'article de Life marquait la première fois qu'un magazine grand public de confiance avait donné du crédit à la théorie selon laquelle les ovnis pourraient être des vaisseaux spatiaux extraterrestres.

L'histoire de Life était une grande nouvelle, couverte dans plus de 350 journaux à travers l'Amérique. Bientôt, le nombre d'observations d'OVNI rapportées à l'Air Force est monté en flèche - de 23 en mars, avant la parution de l'article de Life, à 82 en avril, 79 en mai, 148 en juin.

Ces augmentations étaient-elles dues à l'essaimage de soucoupes au-dessus de l'Amérique ? Ou l'histoire de Life a-t-elle rendu les Américains plus susceptibles de rapporter des choses étranges qu'ils ont vues dans le ciel ?

A la mi-juillet, le Capitaine Edward J. Ruppelt -- le chef du Projet Blue Book, l'équipe officielle d'étude des ovnis de l'Air Force -- recevait 40 rapports d'observations d'ovnis par jour. Beaucoup étaient faux, mais certains venaient de pilotes et d'autres citoyens respectables, et Ruppelt les prenait au sérieux.

Puis - quelques jours avant les premières observations à l'aéroport national - Ruppelt a interviewé un scientifique du gouvernement qui a fait une prédiction surprenante que Ruppelt a enregistrée dans ses mémoires de 1956, "Le rapport sur les objets volants non identifiés".

"Dans les prochains jours," dit le scientifique non identifié, frappant sa main sur son bureau pour insister, "vous allez avoir le grand-père de toutes les observations d'OVNI. L'observation se produira à Washington ou à New York -- probablement Washington. "

« Étoiles filantes sans queue »

Les blips sont apparus pour la première fois sur les écrans radar de National à 11h40 ce samedi soir – sept cibles non identifiées à environ 15 miles au sud-est de la ville.

C'était une nuit claire, chaude et humide avec très peu de trafic aérien, et les contrôleurs de National ont regardé les étranges bips se promener sur leurs écrans. Ils naviguaient à un rythme tranquille d'environ 100 à 130 milles à l'heure, puis s'éloignaient brusquement dans une accélération extraordinaire.

"Ils ont agi comme une bande de petits enfants qui jouaient", a écrit Barnes, le contrôleur en chef, quelques jours plus tard dans un article pour un journal new-yorkais. "C'était pêle-mêle, comme dirigé par une curiosité innée. Parfois, ils se déplaçaient en groupe ou en grappe, à d'autres moments en tant qu'individus."

Barnes a appelé ses homologues d'Andrews et de Bolling pour leur demander s'ils avaient vu quelque chose d'inhabituel sur leurs écrans radar. Ils l'ont fait. Ils recevaient des blips aux mêmes endroits.

À Andrews, le contrôleur William Brady a regardé par la fenêtre de la tour de contrôle et a vu ce qui ressemblait à "une boule de feu orange, traînant une queue". C'était, a-t-il dit plus tard aux enquêteurs de l'Air Force, « contrairement à tout ce que j'avais jamais vu auparavant ».

À National, Cocklin a regardé par sa fenêtre et a vu ce qu'il se souvient comme une "lumière bleu blanchâtre" qui émanait d'un objet solide qui était "rond sans marques distinctives telles que des ailes, un nez ou une queue". Cela ressemblait, dit-il, "à une soucoupe".

Quelque temps après 1 heure du matin, la tour de contrôle de National a contacté par radio le vol 807 de Capital Air, de Washington à Detroit, et a demandé au pilote s'il avait vu des objets inhabituels. Le capitaine S.C. « Casey » Pierman, un pilote avec 17 ans d'expérience, a répondu par radio : « Il y en a un – et le voilà.

Pendant les 14 minutes suivantes, alors qu'il volait entre Herndon et Martinsburg, W.Va., Pierman a vu six lumières brillantes qui ont traversé le ciel à une vitesse énorme. « Ils étaient, dit-il, comme des étoiles filantes sans queue.

En regardant les échos radar survolant le Capitole et la Maison Blanche, Barnes a appelé l'Air Force pour signaler des avions non identifiés dans un espace aérien restreint. Mais il était très tard un samedi soir et la bureaucratie de l'Air Force a réagi avec lenteur. Au moment où les avions d'interception F-94 ont quitté la base aérienne de New Castle dans le Delaware - les pistes d'Andrews étaient fermées pour réparation - il était après 3 heures du matin.

Lorsque les F-94 ont survolé Washington, les étranges échos ont disparu des écrans radar de National. Les pilotes de F-94 ont navigué dans la zone pendant un moment mais n'ont rien vu. Quand ils sont retournés à New Castle, les blips sont réapparus.

Les contrôleurs ont regardé les ovnis défiler sur leurs écrans jusqu'à l'aube, puis disparaître.

Personne n'a pris la peine d'appeler Ruppelt au sujet des observations. Lorsqu'il s'est envolé pour Washington quelques jours plus tard pour des affaires sans rapport avec le projet Blue Book, il a appris leur existence en lisant les journaux à l'aéroport.

« Le radar repère des objets mystérieux dans l'air ici », lit-on en titre sur la première page du Washington Post.

"L'expert en soucoupe de l'armée de l'air va sonder les observations ici", a déclaré le Washington Daily News.

Ruppelt a demandé à ses collègues qui était l'expert. Tu l'es, lui ont-ils dit.

Au Pentagone, Ruppelt a trouvé les dirigeants de l'Air Force profondément préoccupés par un aspect particulier des observations : que devraient-ils dire à la presse ?

Personne n'avait la moindre idée de ce qui avait été dans l'air au-dessus de Washington le 19 juillet, mais les journaux exigeaient des réponses. Les journalistes, a écrit Ruppelt, « commençaient maintenant à faire pression en menaçant d'appeler des membres du Congrès – et rien ne refroidit le sang plus rapidement dans l'armée ».

Ruppelt s'est porté volontaire pour passer la nuit pour interviewer les contrôleurs de National et Andrews, puis rapporter ce qu'il a appris à la presse. Mais Ruppelt s'est empêtré dans le fourré de la bureaucratie militaire.

Il a appelé la section des transports du Pentagone pour obtenir une voiture afin de pouvoir se rendre aux différents aéroports. Seuls les colonels et les généraux peuvent obtenir des voitures, lui a-t-on dit. Il a appelé deux généraux, mais il était plus de 16 heures. et ils étaient partis pour la journée.

Il est allé au bureau des finances pour obtenir l'autorisation de louer une voiture. Prends un bus, lui dit la femme là-bas. Il faut beaucoup de bus pour aller du Pentagone à National à Andrews, a-t-il répondu. Prenez un taxi, dit-elle, et payez-le avec votre indemnité journalière. Mais son indemnité journalière était de 9 $, a-t-il dit, et il a dû payer pour la nourriture et le logement.

La femme a ensuite informé Ruppelt que ses ordres étaient de rentrer dans l'Ohio cette nuit-là, et à moins qu'il ne modifie ces ordres, il serait techniquement AWOL. Il a demandé à parler à son patron. Il était parti à 4h30 pour éviter la circulation, a-t-elle dit, et maintenant il était 5h et elle partait aussi.

Ruppelt a abandonné. "J'ai décidé que si les soucoupes volantes bourdonnaient sur Pennsylvania Avenue, je m'en moquais complètement", a-t-il écrit. "J'ai attrapé le prochain avion de ligne à Dayton."

Vers 22 heures samedi soir, 26 juillet, Ruppelt était chez lui à Dayton lorsqu'un journaliste a appelé pour dire que les ovnis étaient de retour dans le ciel de Washington.

Que, demanda le journaliste, l'Air Force prévoyait-elle de faire à ce sujet ?

"Je n'ai aucune idée de ce que fait l'Air Force", a répondu Ruppelt. « Selon toute probabilité, cela ne fait rien.

Il raccrocha, puis appela le Pentagone et apprit qu'il avait raison : l'Air Force ne faisait rien. Il a passé d'autres appels, envoyant deux officiers – le major Dewey Fournet et le lieutenant John Holcomb, un expert en radar – à la tour de contrôle de National pour voir ce qui se passait.

Fournet et Holcomb sont arrivés pour trouver les contrôleurs de National traquant une douzaine d'échos inexpliqués. Un B-25 de l'Air Force traversait la zone, alors les contrôleurs lui ont demandé de vérifier certaines des cibles radar. Le B-25 s'est rendu sur un site et n'a rien repéré d'autre qu'un bateau de tourisme naviguant sur le Potomac.

Les contrôleurs ont peut-être supposé qu'une inversion de température - une couche d'air chaud entre deux couches d'air plus froid dans le ciel - avait courbé le faisceau radar, l'amenant à confondre les objets au sol avec des objets dans l'air. Les inversions de température étaient courantes à Washington par temps chaud, et les contrôleurs connaissaient bien le phénomène.

Mais Fournet et Holcomb étaient convaincus que certains des échos radar étaient des objets métalliques solides, et non des mirages induits par l'inversion. Les opérateurs radar d'Andrews les ont également vus. Et des avions civils volant à Washington ont rapporté avoir vu d'étranges objets incandescents à des endroits où le radar avait des échos.

Les contrôleurs ont appelé des intercepteurs, et vers 23 heures. l'Air Force a envoyé des F-94 pour rechercher le ciel au-dessus de Washington. Lorsque les premiers jets sont arrivés, les blips ont disparu des écrans radar de National et les pilotes de F-94 n'ont rien vu d'anormal. Mais quand ils sont revenus à New Castle, les blips sont revenus sur les écrans radar.

Vers 1h30 du matin, les jets ont survolé Washington. Cette fois, les pilotes ont vu plusieurs lumières étranges. Un pilote a donné la chasse, mais il n'a pas pu capter la lumière striée.

"J'ai essayé d'entrer en contact avec les bogies en dessous de 1 000 pieds", a déclaré le pilote William Patterson aux enquêteurs. "J'étais à ma vitesse maximale mais... j'ai cessé de les pourchasser parce que je ne voyais aucune chance de les dépasser."

Lundi matin, l'histoire d'OVNI dépassant les avions de chasse a fait la une des journaux dans toute l'Amérique. Dans l'Iowa, le titre de la Cedar Rapids Gazette ressemblait à quelque chose d'un film de science-fiction : « LES SOUCOUPES SARMENT SUR LE CAPITAL ».

"Nous n'avons aucune preuve qu'il s'agit de soucoupes volantes", a déclaré aux journalistes une source non identifiée de l'Air Force. "A l'inverse, nous n'avons aucune preuve qu'il ne s'agit pas de soucoupes volantes. Nous ne savons pas ce qu'elles sont."

En l'absence d'informations concrètes, le Washington Daily News a publié un recueil de rumeurs. La "rumeur la plus persistante" était que les soucoupes étaient des avions américains secrètement produits par Boeing "sur un site éloigné". Une rumeur "absolument étrange" était que les soucoupes étaient des avions extraterrestres qui s'étaient écrasés puis avaient été réparés et pilotés par l'Air Force.

Ce lundi-là, l'Air Force a tenté de rassurer la nation en promettant de garder les chasseurs à réaction prêts à pourchasser les soucoupes à tout moment. Mais cette déclaration n'a pas rassuré Robert L. Farnsworth, président de la United States Rocket Society, qui a averti le président Truman de ne pas attaquer les ovnis.

"S'ils étaient extraterrestres, de telles actions pourraient avoir les conséquences les plus graves, ainsi que nous aliéner peut-être des êtres aux pouvoirs bien supérieurs", a télégraphié Farnsworth à Truman. "Le contact amical doit être recherché aussi longtemps que possible."

Truman était aussi déconcerté que tout le monde. Il a demandé à son assistant de l'Air Force, le brigadier. Le général Robert B. Landry, pour découvrir ce qu'étaient les ovnis. Mardi matin, Landry a appelé Ruppelt, qui était retourné au Pentagone. Ruppelt a déclaré que les observations pourraient être des mirages liés à la météo, mais il ne le savait pas vraiment.

Personne ne le savait, pas même le général de division John Samford, le directeur du renseignement de l'Air Force. Mais Samford a convoqué une conférence de presse au Pentagone à 4 heures mardi après-midi. C'était la plus grande conférence de presse du Pentagone depuis la Seconde Guerre mondiale, a écrit Ruppelt, et la performance de Samford s'est avérée être une brillante démonstration de l'art de la baliverne bureaucratique.

Il est arrivé dans la salle 3E-869 précisément à 4 heures, accompagné de Ruppelt et de plusieurs autres fonctionnaires. Il a commencé par un monologue décousus sur l'histoire des ovnis, qui, a-t-il noté, datait « des temps bibliques ». Il a mentionné les observations d'OVNI en 1846 mais n'a jamais abordé les observations d'OVNI de 1952.

Lorsque les journalistes ont posé des questions sur les observations de Washington, Samford a raconté une histoire à propos d'un radar captant un troupeau de canards au Japon en 1950. Lorsqu'ils ont demandé si le radar de National et Andrews avaient vu les mêmes blips simultanément, il a spéculé sur la définition du mot " simultanément." Quand ils ont demandé si les ovnis pouvaient être des objets matériels, il a réfléchi à la définition du mot "matériel". Lorsqu'ils ont demandé si le pilote de F-94 qui poursuivait la lumière étrange était un observateur qualifié, il s'est interrogé sur la signification du mot "qualifié".

Parlant de ce que ce pilote a vu, Samford a prononcé une phrase qui devrait avoir sa place dans le Bureaucratic Gibberish Hall of Fame : pour qu'il fasse plus que de rejoindre ce groupe d'observations que nous tenons toujours devant nous comme disant non. »

En cours de route, Samford a mentionné la théorie de "l'inversion de température" - selon laquelle une couche d'air chaud dans le ciel aurait pu amener le radar à confondre les choses au sol avec des objets volants. D'abord, il a dit que c'était une "possibilité". Plus tard, il a dit qu'il s'agissait "d'une proposition 50-50". Puis il a dit que c'était une explication "probable".

Il a parlé jusqu'à 17 h 20, puis les journalistes se sont précipités dans leurs bureaux pour respecter leurs délais. Passant au crible des cahiers remplis de charabia, ils se sont emparés de l'inversion de température. C'était un concept irrésistible pour les journalistes. Les ovnis, ont-ils écrit, ont été causés par le fameux "air chaud" de Washington.

Ruppelt était stupéfait. Samford n'avait pas vraiment expliqué quoi que ce soit, mais quoi qu'il ait fait, cela fonctionnait.

"D'une manière ou d'une autre", a écrit Ruppelt, "de cette situation chaotique est venu exactement le résultat qui était prévu – la presse nous a échappé."

Lorsque les journaux ont cessé d'écrire sur les ovnis, les gens ont cessé de rapporter les ovnis. "Les rapports sont passés de 50 par jour à 10 par jour en une semaine", a noté Ruppelt.

Et les ovnis ne sont jamais revenus dans le ciel de Washington. Peut-être en avaient-ils assez vu.

Assis à son bureau, vêtu d'un pyjama bleu et d'un peignoir gris, Philip J. Klass brandit un rapport du gouvernement et sourit malicieusement.

« Je vous laisserai l'emprunter », dit-il, « à condition que vous fournissiez un testicule en garantie. »

Le rapport s'intitule "Une étude préliminaire des cibles non identifiées observées sur les radars de contrôle du trafic aérien". Peu de gens échangeraient un testicule pour cela.

Le rapport a été publié par la Civil Aeronautics Administration en 1953, peu de temps après que Klass a commencé à écrire pour Aviation Week. Il écrit toujours pour ce magazine, mais pas souvent ces jours-ci parce qu'il a 82 ans et qu'il est malade.

"L'essentiel du rapport," dit-il, "est que les observations de Washington étaient des inversions de température."

Il a écrit sur le rapport dans Aviation Week en 1953. Cela a commencé sa carrière en tant que démystificateur d'OVNI le plus important d'Amérique. Au cours des 49 dernières années, il a écrit cinq livres sur les ovnis et s'est engagé dans d'innombrables débats avec les croyants aux ovnis. Il peut citer des preuves et citer des rapports toute la journée, mais il semble préférer se contenter de simples lignes.

Il dit : « S'il y a des ovnis et qu'ils veulent se faire connaître, atterrissez ! Et s'ils ne veulent pas faire connaître leurs visites, éteignez les lumières !

Il dit : « Si les ovnis enlèvent des gens, pourquoi choisissent-ils seulement des gens moches ? S'ils enlevaient des athlètes olympiques, je pourrais comprendre.

Bruce Maccabee ne rit pas. « Une chose que vous devez comprendre : c'est une affaire sérieuse », dit-il. "Les sceptiques aiment se moquer de nous."

Maccabee, 60 ans, est un physicien civil de la Marine et un fervent partisan des ovnis. Dans les années 70, il a déposé la demande du Freedom of Information Act qui a conduit à la publication du dossier du FBI sur les ovnis. Le fichier s'appelait "Security Matter X" - "le vrai X-Files", dit-il.

Maccabee pense qu'il y avait des "objets solides" dans l'air au-dessus de Washington il y a 50 ans. "Et je pense que ces objets solides n'ont pas été fabriqués par nous", dit-il. "Et par nous, je veux dire les êtres humains."

Comme Klass, Maccabee étaye son argumentation avec un rapport officiel du gouvernement. Il s'appelle "Aspects quantitatifs des mirages" et il a été publié par l'Air Force en 1969.

"Ils ont prouvé dans leur propre étude qu'il n'y avait pas assez d'inversion de température pour provoquer cet effet", dit-il. "Les observations de Washington ne peuvent pas être expliquées comme un mirage radar."

Après 50 ans, le débat sur les ovnis de Washington continue encore et encore.

"Vous avez des experts en duel et des rapports de duel", dit Kevin D. Randle, auteur de "Invasion Washington: UFOs Over the Capitol", un nouveau livre sur les observations de 1952. "Un expert dit que c'était une inversion de température. Un autre dit que non. Dans cette situation, vous devez vous référer aux contrôleurs aériens et aux pilotes qui ont réellement vu les objets."

L'ancien contrôleur Howard Cocklin est toujours convaincu d'avoir vu un objet au-dessus de National cette nuit-là. "Je l'ai vu à l'écran et par la fenêtre", dit-il. "C'était un objet bleu blanchâtre. Pas une lumière -- une forme solide. Un objet. Un objet en forme de soucoupe."

Maintenant âgé de 83 ans et à la retraite, Cocklin dit qu'il n'a jamais rien vu de semblable à cette soucoupe – ni avant, ni depuis.

"Cela vient de disparaître", dit-il, assis dans un fauteuil de son salon Fairfax. « Où est-ce passé ? Pourquoi les gens ne voient-ils pas ces choses aujourd'hui ? Pourquoi il y a 50 ans ? »


Des extraterrestres ont-ils envahi Washington D.C. en 1952 ? - L'HISTOIRE

"Soucoupe" outran jet, révèle le pilote
Enquête en secret après la course au capital
Le spot radar clignote comme un avion pendant près de six heures - à seulement 1 700 pieds d'altitude

Par Paul Sampson, journaliste de poste


Une série d'incidents dans la dernière partie de juillet 1952, centrée sur Washington, D.C., qui se produisit au plus fort d'un important volet de soucoupe volante cette année-là. Les événements ont commencé aux premières heures du 20 juillet lorsque deux radars couvrant la capitale ont détecté huit ovnis dans un espace aérien restreint, volant à quelques centaines de kilomètres par heure et accélérant soudainement à une vitesse énorme. Un certain nombre de pilotes militaires et civils ont rapporté avoir vu des lumières étranges dans le ciel à peu près au même moment. Dans la nuit du 26 au 27 juillet, d'autres lumières étranges et contacts radar ont été enregistrés. Les avions intercepteurs de Wilmington, Delaware ont été brouillés. Un pilote, le lieutenant William Patterson, s'est déclaré entouré d'un anneau de grandes lumières bleu-blanc, qui ont disparu avant qu'il ne soit autorisé à tirer sur elles. Dans son enquête sur les incidents, le Centre de développement technique et d'évaluation de l'Autorité de l'aviation civile a conclu que les images radar étaient le résultat d'inversions de température qui pourraient entraîner la réflexion des signaux radar vers le sol. L'excitation causée par les anomalies radar aurait pu conduire à une identification erronée de sources lumineuses ordinaires et brillantes avec de mystérieux objets aériens.

Le secret militaire voile une enquête sur les objets aériens mystérieux et brillants qui sont apparus sur les écrans radar de la région de Washington samedi soir pour la deuxième semaine consécutive.


Un pilote d'avion envoyé par le Commandement de la défense aérienne pour enquêter sur les objets a rapporté qu'il était incapable de dépasser les lumières rougeoyantes se déplaçant près de la base aérienne d'Andrews.


La CAA a rapporté que les objets ont voyagé à "des niveaux principalement inférieurs" - environ 1700 pieds. 19 juillet.


Les porte-parole de l'Air Force ont déclaré hier seulement qu'une enquête était en cours sur l'observation des objets sur l'écran radar du Centre de contrôle du trafic aérien de la CAA à l'aéroport national de Washington, et sur deux autres écrans radar. Les méthodes d'enquête ont été classées comme secrètes, a déclaré un communiqué.


"Nous n'avons aucune preuve qu'il s'agit de soucoupes volantes, à l'inverse nous n'avons aucune preuve qu'il ne s'agit pas de soucoupes volantes. Nous ne savons pas ce qu'elles sont", a ajouté un porte-parole.


La même source a rapporté qu'un expert de l'Air Technical Intelligence Center de la base aérienne de Wright-Patterson, Dayton Ohio, était ici la semaine dernière pour enquêter sur les objets aperçus le 19 juillet.


L'expert a été identifié comme étant le capitaine E.J. Ruppelt. Joint par téléphone à son domicile de Dayton hier, Ruppelt a déclaré qu'il ne pouvait faire aucun commentaire sur son activité à Washington.


Le capitaine Ruppelt a confirmé qu'il était à Washington la semaine dernière, mais a déclaré qu'il n'était pas venu ici pour enquêter sur les objets mystérieux. Il a rappelé qu'il avait fait une enquête après avoir entendu parler des objets, mais ne pouvait pas dire sur quoi il avait enquêté.


Un autre porte-parole de l'Air Force a déclaré ici hier que l'Air Force prenait toutes les mesures nécessaires pour évaluer les observations. "Les gens du renseignement", a expliqué ce porte-parole, "ont envoyé quelqu'un au centre de contrôle au moment des observations et ont fait tout ce qui était nécessaire pour procéder à une évaluation appropriée.


Lorsqu'on lui a demandé si l'équipement radar avait peut-être mal fonctionné, le porte-parole a déclaré: "le radar, comme la boussole, n'est pas un instrument parfait et est sujet à erreur". Il pensait cependant que des personnes familières avec les problèmes de radar feraient l'enquête.


Deux autres écrans radar dans la zone ont capté les objets. Un employé de la tour de contrôle de l'aéroport national a déclaré que la portée radar là-bas a capté de très faibles "blips" des objets. Le radar de la tour est pour "courte portée" et n'est pas aussi puissant que celui du centre. Le radar de la base aérienne d'Andrews a également enregistré les objets à environ sept miles au sud de la base.


Un porte-parole du centre de contrôle de la circulation a déclaré que la nature des signaux sur l'écran radar excluait toute possibilité qu'ils proviennent de nuages ​​ou de toute autre perturbation " météorologique ".


"Les retours que nous avons reçus des objets non identifiés étaient similaires et analogues à des cibles représentant des avions en vol", a-t-il déclaré.


Les objets, "soucoupe volante ou autre, sont apparus sur le radar du centre de l'aéroport à 21h08. Variant de 4 à 12 en nombre, les objets sont apparus à l'écran jusqu'à 3h00 du matin, quand ils ont disparu. .


À 23h25, deux chasseurs à réaction F-94 de l'escadron du Commandement de la défense aérienne, à New Castle Delaware, capables d'atteindre des vitesses de 600 cents mille à l'heure, ont décollé pour enquêter sur les objets.


Les pilotes de ligne, civils et militaires ont décrit les objets comme ressemblant au bout allumé d'une cigarette ou à un groupe de lumières orange et rouges.


Un pilote de jet a observé 4 lumières à proximité de la base aérienne d'Andrews, mais n'a pas pu les dépasser, et elles ont disparu en environ deux minutes.


Le même pilote a observé une lumière blanche fixe à proximité du mont Vernon à 23h49. La lumière, à environ 5 miles de lui, s'est éteinte en une minute. Les lumières ont également été observées dans les environs de Beltsville, dans le Maryland. À 1h40 du matin, deux autres chasseurs à réaction F-94 ont décollé et ont scanné la zone jusqu'à 2h20 du matin, mais n'ont fait aucune observation.

Visible deux jours

Bien que des "objets non identifiés" aient déjà été détectés au radar, les incidents des deux derniers samedis seraient la première fois que des objets ont été détectés au radar, alors qu'ils étaient visibles à l'œil nu.


Outre les pilotes, qui samedi dernier ont vu les lumières, une femme vivant sur l'avenue Mississippi, a déclaré au Post qu'elle avait vu une "lumière très brillante traverser le ciel en direction de la base aérienne d'Andrews vers 23h45. Puis un deuxième objet avec un queue comme une comète filait à toute allure, et quelques secondes plus tard, une troisième est passée dans une direction différente vers Suntland, a-t-elle dit.


Les opérateurs radar ont tracé la vitesse des "visiteurs du samedi soir" entre 38 et 90 mph, mais un pilote de jet a signalé des vitesses plus rapides pour la lumière qu'il a vue.


Le pilote de jet a déclaré qu'il n'avait aucune "vitesse de rapprochement" apparente lorsqu'il a tenté d'atteindre les lumières qu'il a vues près de la base aérienne d'Andrews. Cela signifie que les lumières se déplaçaient au moins aussi vite que sa vitesse de pointe, un maximum de 600 mph.


Une personne qui a vu les lumières lorsqu'elles sont apparues pour la première fois dans cette zone ne les a pas vues la nuit dernière. Il s'agit de E.W. Chambers, ingénieur à la station de radio WRC, qui a repéré les lumières alors qu'il travaillait tôt le matin du 20 juillet à la tour Hyattsville de la station.


Chamber's a dit qu'il était désolé d'avoir vu les lumières parce qu'il avait été sceptique au sujet des "soucoupes volantes" auparavant. Maintenant, dit-il, il s'interroge en quelque sorte et s'inquiète de tout.


Leon Davidson, 804 South Irving St. Arlington, un ingénieur chimiste qui a fait une étude exhaustive des "soucoupes volantes" comme passe-temps, a déclaré hier que les rapports sur les soucoupes dans l'Est étaient relativement rares.


Davidson a étudié le rapport officiel sur les soucoupes, y compris certaines des parties secrètes jamais rendues publiques, et a analysé toutes les données du rapport.

1952
Année de l'OVNI

Davidson, dont l'étude des soucoupes est incroyablement détaillée et scientifique, a déclaré qu'il pensait que les lumières étaient des "produits de l'aviation" américains - probablement des "ailes volantes circulaires", utilisant des moteurs à réaction de type nouveau qui permettent une accélération rapide et des vitesses relativement faibles. Il pense qu'il s'agit soit de "nouveaux chasseurs", de missiles guidés, soit de missiles guidés pilotés.

Il a cité certains des chasseurs à réaction récents, y compris le nouveau " F-4-D " de la Marine, qui a une " aile de chauve-souris " radicale, comme exemples de ce à quoi les objets pourraient ressembler.

Davidson pense que le fait que les lumières aient été vues dans cette zone indique que les autorités pourraient être prêtes à divulguer le "nouvel avion" dans un proche avenir. Auparavant, la plupart des "soucoupes vérifiées" ont été vues dans des zones peu peuplées, a expliqué Davidson, et maintenant, lorsqu'elles apparaissent ici, cela peut indiquer que le "secret" n'est plus si important.



WASHINGTON -- "Les rumeurs sur le mystère de la soucoupe volent presque aussi vite que les images étranges elles-mêmes", a déclaré le narrateur d'un film d'actualités Paramount de 1952, commentant une vague d'observations d'OVNI de New York à Washington.

Il ajouta d'un air inquiétant : "Avec ces preuves, le mystère s'épaissit."

Un récit de bande dessinée de l'époque est tombé du côté des croyants. "SAUCUERS OVER WASHINGTON, D.C.", a hurlé son titre noir audacieux. Il a rejeté l'explication « glib » de l'armée concernant les échos radar observés en juillet par les contrôleurs de vol de l'aéroport national. Simplement un cas d'inversion de température ou de reflets d'objets au sol, a insisté le laiton de l'Air Force. Mais qu'en est-il du pilote, a rétorqué le caricaturiste, qui a décrit « une lumière vive se déplaçant plus vite, parfois, qu'une étoile filante » ?

De 1947 à 1969, les Américains ont enregistré 12 618 rapports d'objets volants non identifiés. Il appartenait aux enquêteurs de la base aérienne Wright-Patterson de l'Ohio de déterminer si des êtres extraterrestres, en fait, étaient descendus de l'espace vers la Terre.

Cette œuvre était suffisamment incendiaire pour être classée. Mais le gouvernement a tout de même donné un nom bureaucratique : "Project Blue Book". Cela a duré jusqu'en 1969. Cette année-là, l'US Air Force s'est déclarée hors du commerce des ovnis, mais pas avant de conclure que 701 observations restaient "non identifiées".

Ne vous inquiétez pas, les responsables de Wright-Patterson ont assuré au public dans une fiche d'information de 1985 :

Aucun OVNI signalé, enquêté et évalué par l'Air Force n'a jamais donné d'indication de menace pour notre sécurité nationale. des connaissances scientifiques actuelles et il n'y a aucune preuve indiquant que les observations classées comme « non identifiées » sont des véhicules extraterrestres.

Juste pour être clair : si quelqu'un se sent menacé par quelque chose qu'il voit, l'Air Force a conseillé de "contacter un organisme local chargé de l'application de la loi".

Périodiquement, il est indiqué à tort que les restes de visiteurs extraterrestres sont ou ont été stockés à Wright-Patterson AFB. Il n'y a pas maintenant ni jamais eu de visiteurs ou d'équipements extraterrestres sur la base aérienne de Wright-Patterson.

Le projet Blue Book a-t-il vraiment abouti à une fin aussi décevante ?

Les non convaincus - ou les simples curieux - sont invités à voir par eux-mêmes. Les documents et les photographies de Blue Book comprennent 42 pieds cubes de documents déclassifiés - au nombre de 2 000 pages par pied cube - maintenant hébergés dans la branche de référence militaire des Archives nationales. Ils sont accessibles via 94 rouleaux de microfilm 35 mm.

Un aperçu à l'intérieur des fichiers trouve une couverture graphique des ovnis - y compris dans les magazines populaires LOOK et LIFE - contre les pics ultérieurs d'observations. Il y a eu une épidémie d'entre eux à l'été 1952. Même Harry S. Truman s'est impliqué. Une note du 26 juillet 1952 tirée de la boîte 26 révèle que "le président avait demandé au général Landry de découvrir les détails de l'observation qui s'était produite à Washington samedi soir."

Ce film d'actualités de 1952, avec sa narration à couper le souffle, décrit comment "de l'autre côté de la rivière depuis New York, un observateur bénévole de la défense aérienne de Jersey City rapporte que non seulement il a repéré une soucoupe volante dans le ciel nocturne au-dessus de Manhattan, mais qu'il a en fait été photographié ce."


MÉGA CRISE À WASHINGTON, D.C.


Le président Truman faisait face à une crise, qu'aucun gouvernement américain n'avait jamais rencontrée auparavant - Des forces extraterrestres en dehors de la race humaine volaient soudainement, à volonté, dans l'espace aérien américain et aucune des branches militaires américaines ne pouvait les arrêter ou repousser les êtres extraterrestres de faire quoi que ce soit ils voulaient faire.

Le 9 juillet 1947, entre 10h30 et 11h00, le président Truman reçut la visite du sénateur Carl Hatch du Nouveau-Mexique. While these two men were meeting, Lt. General James Doolittle (1896-1993) and the vice-commander of the Army Air Force, General Hoyt S. Vandenberg were in a conference with Army Air Force Secretary Stuart Symington (1901-1988) in a Pentagon office. At 10:48 A.M., while Hatch was still at the White House, General Vandenberg called the president. A few minutes later the group in the Pentagon went to the office of the chief of staff of the Army, General Dwight D. Eisenhower (1890-1969). This was followed by a series of meetings at the very top level in the Pentagon, culminating with a meeting with the Joint Chiefs of Staff. All these meetings are recorded in the U.S. National Archives, but what was discussed has been taken away from the records.

On July 10, there were more high-level meetings and FBI Director J. Edgar Hoover (1895-1972) was briefed on the alien crisis. On July 26, 1947, President Truman signed a sweeping change in the nation's structure, called THE NATIONAL SECURITY ACT (Compare this with the passing of the HR-3162 PATRIOT ACT of 2001 signed by President Bush after the 9/11 attack).

President Truman ordered that a strong propaganda effort should be launched by all military branches, denying the fact that alien space craft existed and were flying, at will, over the entire world. Instead, the official line was, that people were seeing falling weather balloons, meteorites, or just imagined that they had seen anything flying, looking like a flying disc.


GERMAN FIGHTER ACE RED BARON SHOT DOWN A UFO IN 1917!

, Germany -- The flamboyant fighter pilot known as the Red Baron not only shot down 80 enemy planes for the Germans during World War I -- he also was the first human in history to gun down an alien spaceship!

That is the fascinating claim of former German Air Force ace Peter Waitzrik, who says he watched in astonishment as the deadeye fighter pilot shot a UFO with undulating orange lights out of the sky over Belgium in 1917.

Then, Waitzrik says, he stared in disbelief as two bruised and battered occupants of the downed craft climbed from their spaceship and scampered off into the woods -- apparently never to be seen again.

"The Baron and I gave a full report on the incident back at headquarters and they told us not to ever mention it again," the feisty, 105-year-old retired airline pilot recently told a reporter.

"And except for my wife and grandkids, I never told a soul. But it's been over 80 years, so what difference could it possibly make now?"

The aging Waitzrik said he and Baron Manfred von Richthofen -- the renowned Red Baron -- were flying an early morning mission over western Belgium in the spring of 1917 when the UFO suddenly appeared in a clear, blue sky directly ahead of their Fokker triplanes.

"We were terrified because we'd never seen anything like it before," recalled the easygoing great-great grandfather of five. "The U.S. had just entered the war, so we assumed it was something they'd sent up.

"The Baron immediately opened fire and the thing went down like a rock, shearing off tree limbs as it crashed in the woods. Then the two little baldheaded guys climbed out and ran away."

Waitzrik said he assumed the glittering silver spaceship was some sort of enemy invention until the flying saucer scare that began in the late 1940s convinced him that his buddy had shot down a UFO.

"The thing was maybe 40 meters (136 feet) in diameter and looked just like those saucer- shaped spaceships that everybody's been seeing for the last 50 years," the awed oldster said.


Washington DC Film Footage from 1952

The Famous Washington DC UFO Film footage from 1952. A sighting which was witnessed by many! Could this be the ET’s letting us know that they are very much here and watching our every move!? This incident was also known as the ‘Washington Flap’ and the ‘Washington Airport sightings’

At 11:40 p.m. on Saturday, July 19, 1952, Edward Nugent, an air traffic controller at Washington National Airport (today Ronald Reagan Washington National Airport), spotted seven objects on his radar. The objects were located 15 miles (24 km) south-southwest of the city no known aircraft were in the area and the objects were not following any established flight paths. Nugent’s superior, Harry Barnes, a senior air-traffic controller at the airport, watched the objects on Nugent’s radarscope. He later wrote:
“We knew immediately that a very strange situation existed . . . their movements were completely radical compared to those of ordinary Aircraft”

One Response to Washington DC Film Footage from 1952

How convienient that someone was recording the event while no one else was watching outside?Spotted 15 miles from the city & not 1 fighter jet is flying alongside them as they pass above the white house?Something aint right with this. Maybe this was all planned & was an unveiling of the new high tech spy drones designed for the millitary Maybe, this same high tech is what we are all seeing now with our own eyes now flying over our homes. But where did this high tech come from? From crashed alien ships? Maybe but people are quick to believe that us humans are not smart enough to come up with things on our own. And Tesla for one was a very smart man.


Vernon Baird, 1947

Vernon Baird, the pilot of a commercial photographic plane, was mapping the area between Helena and Yellowstone Park at 32,000 feet on July 7, 1947. He reported seeing a flying disc. Startled, he then took evasive action to avoid it.

Baird saw the disc split in two and appear to lose altitude over the Tobacco Root Mountains in Montana. Nothing was found on the ground in a later search, and Baird’s boss publicly called the story a hoax the following day.


1952 Washington, D.C. UFO incident

Les 1952 Washington, D.C. UFO incident, also known as the Washington flap, les Washington National Airport Sightings, ou la Invasion of Washington, [1] was a series of unidentified flying object reports from July 12 to July 29, 1952, over Washington, D.C. The most publicized sightings took place on consecutive weekends, July 19–20 and July 26–27. UFO historian Curtis Peebles called the incident "the climax of the 1952 (UFO) flap" - "Never before or after did Project Blue Book and the Air Force undergo such a tidal wave of (UFO) reports." [2]


UFO Sightings: A Peaceful Union or a Battlefield Earth?

Big government maintains that there are no such things as intelligent alien life forms, while evidence to the contrary abounds. There were 2,625 reported UFO sightings in 2000, 3,069 reported sightings in 2010, 3370 in 2018 and already 3,496 in the first 9 months of 2019—all listed with the National UFO Reporting Center.

“Behind the scenes, high ranking Air Force officers are soberly concerned about UFOs. But through official secrecy and ridicule, many citizens are led to believe the unknown flying objects are nonsense.” — Former head of the CIA Roscoe Hillenkoetter, 1960

Friend or Foe?

Considerable speculation exists as to what the future holds when humankind formally meets up with alien races. Who’s to say whether they will be friend or foe. For example, in L. Ron Hubbard’s Battlefield Earth, the alien invaders were definitely foe, however, by the end of the story, there are many alien races both friend and foe. If you have not yet read it, you can download the first 13 chapters or listen to the first hour free.

Here are some interesting facts on the history of UFO sightings from the first “official sighting” and the possibilities of what this all means:

June 1947 – Private pilot Kenneth Arnold makes the first post-War UFO sighting at Mt. Rainier in Washington State. Arnold reported seeing 9 disc-like objects moving at an estimated 1,200 miles an hour information flying “like a saucer would if you skipped it across the water.” From this incident, the term “flying saucers” was born.

July 1947 – The historic crash of a “saucer” outside Roswell, New Mexico, grabs the attention of Americans. Newspaper headlines announced the capture of a flying saucer by the army air force.

July 1952 – Over a period of two weeks, UFOs were sighted by air traffic controllers at Washington National airport and separately by an airline captain over the city of Washington, DC.

April 1966 – House Committee on Armed Services holds hearing on UFO evidence with an evident purpose of suppressing the subject in a highly controlled presentation. The request for the hearing had been initiated by the House Republican leader (and the future President) Gerald Ford.

1966 – Writer John G. Fuller publishes the book Le voyage interrompu giving the details of Betty and Barney Hill abduction by aliens. Excerpts of the book are published in Look Magazine. This is the first broad introduction to the general public of this phenomenon.

December 1969 – The US Air Force’s study of UFOs entitled “Project Blue Book” is closed down. Initiated in 1952, the summary of its seventeen-year investigation is aimed at further negating the existence of UFO phenomena.

November 1975 – While working in the White Mountains, Arizona logger Travis Walton claimed he was abducted by a UFO and underwent rigorous testing by aliens in their ship. His account was later made into the movie, Fire in the Sky (Paramount Pictures) based on Walton’s book, The Walton Experience.

Summer 1977 – NASA sent two unmanned space probes into space to explore the outer reaches of our solar system and onward from there to deep space. These were Voyager I (Sept. 5, 1977) and II (Aug 20, 1977). After 40 years, they are over 10 trillion miles from Earth and continue to send data back to NASA daily.

1977 – The first reported account of “crop circles phenomenon” is reported in Alaska near the town of Eagle. In December 1978 a full account of the discovery was published in an article entitled “UFOs Terrorize Alaska” complete with sketches of the UFO “base camp” in Ideal’s UFO Magazine, issue #4. It is the first of many such sightings brought to the attention of the general public.

December 1979Star Trek: The Motion Picture (Paramount Pictures) found Earth under attack by a foreign cloud called V’ger returning to its Creator which turns out to be one of the Voyager space probes returning home after being considerably enhanced by an electronics life form from deep space.

December 1980 – Unexplained lights and a UFO are observed in the Rendlesham Forest by US Air Force personnel stationed at the Woodbridge RAF Base located in Suffolk, England.

October 1982Battlefield Earth by L. Ron Hubbard, the first science fiction main-stream bestseller in two decades, is published. The novel is based on the premise of Earth in the year 3000, after having been overtaken by a ruthless alien race 1000 years earlier. The aliens learned of Earth and its valuable mineral resources from a probe they picked up in deep space that gave directions to Earth.

November 1989 – Linda Cortile is abducted through the window of her New York apartment, an event that is witnessed by several people from the Brooklyn Bridge.

July 1991 – Videos were taken of a disk sighted over Mexico City during an eclipse. The event was observed by multiple sources.

August 1993 – A Titan IV rocket exploded less than a minute after takeoff at a height of 100,000 feet. The official explanation blamed the loss on a rocket motor segment. However, Air Force Colonel Frank Sterling, the Titan IV program manager stated an Air Force video of the launch showed an unidentified object striking the Titan IV just before the explosion.

March 1997 – Multiple sightings of a “V” shaped cluster of lights above Nevada and Arizona. A CGI rendering of the object created by witness Tim Ley appeared in USA Today.

August 2012 – The Voyager 1 probe enters deep space with its message to the stars carried on a gold disc while in December 2014 Voyager 2 enters the “heliosheath”—the outermost layer of the heliosphere.

September 2016 – SpaceX’s Falcon 9 rocket being tested at Cape Canaveral in Florida exploded. SpaceX CEO Elon Musk said the rocket’s explosion was “the most difficult and complex failure we have ever had in 14 years,” and he added his team was not ruling out the possibility of an Unidentified Flying Object (UFO) striking the Falcon 9.

October 2016New York Times bestselling author Jim Marrs, author of Alien Agenda where he reviews evidence of alien presence on Earth going back to the Old Testament, notes in his booklet “Alien Invasion: Is Earth Prepared?”

“It has been noticed that every time a space launch is announced with some innocuous payload, such as parts for the space station or a communications satellite, the launch seems to go off without a hitch. Yet when there is a secret launch, usually only described as military in nature, these often explode or get lost.”

Download the full article “Alien Invasion: Is Earth Prepared?” by Jim Marrs.

décembre 2017 – The US Defense Department’s Advanced Threat Identification Program released a video of a 2004 encounter between two Navy F/A-18F fighter jets and a UFO near San Diego. Navy pilot Commander David Fravor said in an interview, “It accelerated like nothing I’ve ever seen.” He added he was “pretty weirded out.”

July 2019 – For the past 170 years, schools across the United States and the world have been targeted and visited by UFOs. These are not simple fly-overs. In these cases, the objects hover for long periods at extremely low elevation, often landing next to the school. In many cases, humanoids are seen. Elementary schools, junior high and high schools, colleges and universities—all have been targeted. Voir Schoolyard UFO Encounters: 100 True Accounts by Preston Dennett.


Originally a skeptic, Preston did his own research and is now very open with what he has learned.

In a Rocky Mountain News interview after releasing Battlefield Earth, the author stated,

“Am I saying an alien invasion is possible? I am saying that the reader should decide. I just wrote the story. Regardless, it is the story of how mankind could survive, and why.” —L. Ron Hubbard

Don’t forget to download the full article “Alien Invasion: Is Earth Prepared?” by Jim Marrs.

Other articles and resources you may be interested in:

Read the first 13 chapters or listen to the first hour of Battlefield Earth for free.


Dyson Spheres Key to Find Alien Civilizations Higher on Kardashev Scale

Searching for intelligent life in the universe? Then look for their energy source. An update on the hunt for Dyson Spheres.

In June of 1960, astrophysicist Freeman Dyson published his paper Search for Artificial Stellar Sources of Infrared Radiation in the journal Science. In it he argued a way to detect intelligent life in the universe by finding their energy signature that would be created by, he presumed a highly advanced technology.

He wrote, “If extraterrestrial intelligent beings exist and have reached a high level of technical development, one byproduct of their energy metabolism is likely to be the large-scale conversion of starlight into far-infrared radiation.”

Dyson, who died one year ago this month at age 96, believed that an advanced technology would harness solar power from a star with an array of solar panels. He explained in a 2003 interview that he once described it as a biosphere, but since then this theory has been known as a Dyson Sphere.