Info

Types d'eunuques dans l'empire romain

Types d'eunuques dans l'empire romain

En dépit d'une législation visant à empêcher la castration, les eunuques de l'Empire romain sont devenus de plus en plus populaires et puissants. Ils ont fini par être associés à la chambre à coucher impériale et au courant des rouages ​​les plus profonds de l'empire. Walter Stevenson dit que le mot eunuque vient du grec pour "garde de lit" eunen echein.

Il y avait des distinctions entre ces non-hommes ou ces demi-hommes, comme certains les considéraient. Certains avaient plus de droits que d'autres. Voici un aperçu des types déroutants avec les commentaires de certains érudits qui les ont étudiés.

01de 05

Spadones

ZU_09 / Getty Images

Spado (pluriel: spadones) est le terme générique désignant une variété de sous-types d'hommes asexués.

Walter Stevenson soutient que le terme spado ne semble pas avoir inclus ceux qui ont été castrés.

"Spado est le nom générique sous lequel sont contenus les spadones de naissance, ainsi que thlibiae, thlasiae et tout autre type de spado existant." Ces spadones contrastent avec les castrati… "

C'est également l'une des catégories utilisées dans les lois sur l'héritage romain. Spadones pourrait transmettre un héritage. Certains spadones sont nés de cette façon - sans caractéristiques sexuelles fortes. D'autres ont subi une défiguration testiculaire dont la nature leur a valu les étiquettes thlibiae et Thladiae.

Charles Leslie Murison dit que Ulpian (juriste du troisième siècle) (Digest 50.16.128) utilise spadones pour le "sexuellement et générativement incapable." Il dit que le terme pourrait s'appliquer aux eunuques par la castration.

Mathew Kuefler dit que les termes utilisés par les Romains pour désigner les différents types d'eunuques ont été empruntés au grec. Il soutient que spado vient d'un verbe grec qui signifie «déchirer» et qui fait référence aux eunuques dont le pénis ou l'ensemble des organes génitaux ont été supprimés. Au dixième siècle, un terme spécifique a été développé à Constantinople pour décrire ceux dont l'ensemble des organes génitaux sont coupés: curzinasus, selon Kathryn M. Ringrose.

Kuefler dit qu'Ulpian distingue les personnes mutilées de celles qui ont été mutilées. spadones par nature; c'est-à-dire soit nés sans les organes sexuels complets, soit ceux dont les organes sexuels ne se sont pas développés à la puberté.

Ringrose dit qu'Athanasios utilise les termes "spadones"et" eunuques "de manière interchangeable, mais que généralement le terme spado fait référence à ceux qui étaient des eunuques naturels. Ces eunuques naturels étaient tels à cause d'organes génitaux mal formés ou d'un manque de désir sexuel ", vraisemblablement pour des raisons physiologiques.

02de 05

Thlibiae

Thlibiae étaient ces eunuques dont les testicules étaient meurtris ou pressés. Mathew Kuefler dit que le mot vient du verbe grec thlibein 'appuyer fort'. Le processus consistait à lier étroitement le scrotum afin de couper le canal déférent sans amputation. Les organes génitaux sembleraient normaux ou proches de. C’était une opération bien moins dangereuse que de couper

03de 05

Thladiae

Thladiae (d'un verbe grec thlan «écraser») fait référence à cette catégorie d'eunuques dont les testicules ont été broyés. Mathew Kuefler dit que, comme le précédent, c'était une méthode beaucoup plus sûre que la coupe. Cette méthode était également plus efficace et immédiate que la vente liée au scrotum.

04de 05

Castrati

Bien que tous les spécialistes ne semblent pas d’accord, Walter Stevenson soutient que le castrats était une catégorie totalement différente de la précédente (tous les types de spadones) Si le castrats avaient eu leurs gonades enlevées ou leurs gonades et pénis, ils n'étaient pas dans la catégorie des hommes qui pourraient transmettre un héritage.

Charles Leslie Murison dit qu'au début de l'empire romain, le principat, cette castration a été pratiquée sur des garçons pré-pubères dans le but de produire des catamites.

Famille et famille dans le droit et la vie romains, de Jane F. Gardner, dit que Justinian a nié le droit d’adopter pour castrats.

05de 05

Falcati, Thomii et Inguinarii.

Selon Le dictionnaire Oxford de Byzance Bibliographe (sous la direction d'Alexander P Kazhdan), bibliothécaire du monastère de Montecassino au XIIe siècle, Peter le diacre étudia l'histoire romaine, particulièrement à l'époque de l'empereur Justinien, qui était l'un des principaux codificateurs du droit romain et qui utilisait Ulpien comme source importante. . Peter a divisé les eunuques byzantins en quatre types, spadones, falcati, thomii, et inguinarii. De ces quatre, seuls les spadones apparaissent dans d'autres listes.

Quelques bourses récentes liées aux eunuques romains:

  1. Des articles:
    • "Cassius Dio sur la législation Nervan (68.2.4): Nieces and Eunuchs", de Charles Leslie Murison; Historia: Zeitschrift für Alte Geschichte, Bd. 53, H. 3 (2004), pages 343-355. Murison commence par résumer les sources anciennes sur Nerva et cite l'intrus de la législation de Nervan opposant le mariage à la nièce (Agrippina, dans le cas de l'empereur Claudius) à la manière de l'empereur Claudius et à la castration. Il cite la "frappe maladroite d'un verbe que Murison traduit par" eunuchisation "" puis déclare qu'il y avait des différences entre les types d'eunuques, avec spado un terme plus large couvrant plus que les eunuques. Il spécule sur les méthodes de castration complètement émasculantes d’autres régions du monde antique et sur la tendance romaine à castrer de manière pré-pubère et à étudier l’histoire romaine des eunuques.
    • "Mesures de différence: La transformation du quatrième siècle de la cour impériale romaine", par Rowland Smith; American Journal of Philology Volume 132, numéro 1, printemps 2011, p. 125-151. Les eunuques montent dans un passage comparant la cour de Dioclétien à celle d'Auguste. Les quartiers de Dioclétien étaient sous la garde d'eunuques devenus non seulement plus communs ces derniers temps, mais aussi un symbole du despotisme. Les références ultérieures au terme couvrent la promotion des eunuques à la position de chambellans - des fonctionnaires civils du ménage avec les pièges de l'armée. Une autre référence est la comparaison faite par Ammianus Marcellinus d'eunuques avec des serpents et des informateurs empoisonnant l'esprit des monarques.
    • "L'ascension des eunuques dans l'Antiquité gréco-romaine" de Walter Stevenson; Journal de l'histoire de la sexualitéVol. 5, n ° 4 (avril 1995), pages 495-511. Stevenson soutient que l'importance des eunuques a augmenté du deuxième au quatrième siècle après JC. Avant de passer à ses arguments, il commente la relation entre ceux qui étudient la sexualité ancienne et l'agenda moderne pro-homosexuel. Il espère que l’étude de l’ancien eunuque, qui n’a guère d’équivalent moderne, ne sera pas encombrée du même type de bagage. Il commence par les définitions, qui, selon lui, ne sont plus disponibles aujourd'hui (1995). Il s’appuie sur des documents de Paully-Wisowa pour étayer les définitions données par les juristes romains et le philologue classique du XXe siècle, Ernst Maass, "Eunuchos und verwandtes". Rheinisches Museum für Philologie 74 (1925): 432-76 pour la preuve linguistique.
    • "Vespasien et le commerce des esclaves", par A.B. Bosworth; Le trimestriel classique, Nouvelle série, vol. 52, n ° 1 (2002), p. 350-357. Vespasian était préoccupé par des problèmes financiers bien avant de devenir empereur. De retour d'un mandat gouvernant l'Afrique sans moyens suffisants, il s'est tourné vers le commerce pour compléter ses revenus. On pense que le commerce se fait en mules, mais il est fait référence à un mot suggérant des esclaves. Ce passage cause des problèmes aux chercheurs. Bosworth a une solution. Il suggère que Vespasian s’occupe du commerce très lucratif des esclaves; spécifiquement, ceux qui pourraient être considérés comme des mules. C'étaient les eunuques, qui pouvaient perdre leur scrota à différents moments de leur vie, entraînant différentes utilisations sexuelles. Domitian, le fils cadet de Vespasian, a déclaré illégal la castration, mais la pratique a continué. Nerva et Hadrian ont continué à donner des ordres contre cette pratique. Bosworth considère à quel point les membres de la classe sénatoriale auraient été étroitement impliqués dans le commerce d'esclaves particulièrement castrés.
  2. Livres:
    • Famille et famille dans le droit et la vie romains, par Jane F. Gardner; Oxford University Press: 2004.
    • La masculinité de l’unuque viril, l’ambiguïté de genre et l’idéologie chrétienne dans l’antiquité tardive, par Mathew Kuefler; Presses de l'Université de Chicago: 2001.
    • Le serviteur idéal: les eunuques et la construction sociale du genre à Byzancepar Kathryn M. Ringrose; Presses de l'Université de Chicago: 2007.
    • Quand les hommes étaient des hommes: masculinité, pouvoir et identité dans l'Antiquité classique, édité par Lin Foxhall et John Salmon; Routledge: 1999.